Randonnées Andros

Randonnées Andros, Promenades Andros,Chambres Appartements à Andros, Karaoulanis. Vous trouverez dans nos appartements de nombreux renseignements concernant les magnifiques sentiers et randonnées que vous pouvez faire à Andros.

Randonnées Andros Sentier No 1 Mesaria- Monastère Panachrantou : 3h

Le chemin commence à Mesaria et descend vers la vallée entre champs et étables, il est tantôt dallé tantôt en terre et de manière générale facilement praticable.Nous arrivons assez vite à la rivière et au pont hanté. Ce pont doit son nom à la légende répandue un peu partout en Grèce, selon laquelle le pont n’a pu être érigé qu’après avoir sacrifié la femme du tout premier maçon responsable de la construction. Son fantôme hanterait depuis les lieux. Le pont aurait été construit entre 1819 et 1822. Après le pont, le chemin monte abruptement en lacets ce qui requiert un peu d’attention pour ne pas continuer tout droit et arriver dans un cul-de-sac. Il y a lors de cette montée beaucoup de grands et beaux champs tout en terrasses. A mi-chemin environ vous trouverez une pancarte en bois qui indique la direction à suivre pour rejoindre le Monastère Panachrantou et Fallika. Un petit détour par, ou du moins, vers Fallika s’impose car même si vous nallez pas jusquau village vous verrez en chemin un magnifique pigeonnier ainsi qu’une très jolie petite église.
En retournant en direction du Monastère pour pourrez voir en chemin les ruines d’un village à l ‘architecture très intéressante et abandonné depuis les années 50.
Une fois arrivés au Monastère vous pouvez vous désaltérer à la très belle fontaine. Le Monastère fut construit en 1662. La vue du Monastère sur Chora est magnifique et les moines très accueillants.
 

Sentier 1b : – Mesaria-Menites-Lamira-Mesathouri-Ypsilou 1h30

A partir de Mesaria vous pouvez vous diriger vers Menites. Afin d’admirer la superbe fontaine aux têtes de lion et retourner sur Chora en passant par les villages verdoyants de Lamira, Mesathouri- Ypsilou.

Randonnées Andros Sentier N0 2 : Chora-Apoikia-Katakaléi-Vourkoti 3 heures

Un vieux chemin pavé de manière caractéristique relie Chora au village de Vourkoti. Il débute de la plage de Nimborio. En montant, vous verrez en chemin une petite chapelle d’où vous admirerez pour la première fois la vue sur Chora. Arrivés à un col vous redescendez sur la vallée d’ Apoikia, vous traverserez un vieux pont ombragé par un platane somptueux avant d’amorcer les escaliers menant à la fontaine Sariza à Apoikia où vous vous désaltérerez de son eau fraîche et bienfaisante. Le chemin continue à travers champs et de façon assez raide. Il traverse le minuscule village de Katakaléi, puis monte un dernier col dont la vue sur Chora est époustouflante. Vous pouvez vous arrêtez là mais il est conseillé de redescendre jusqu’à Vourkoti (650m) dont les champs en terrasses sont au printemps verdoyants et sa vallée se finissant par la très belle plage d’Achla.
 
 

Randonnées Andros Sentier No 3 : Chora- Sineti-Kochilou-Korthi 3heures

Le chemin commence à Paraporti à droite de la taverne. En montant les escaliers, à droite les citronniers amènent de la couleur en toute saison. Vous vous élevez rapidement au dessus de Chora croisez la route de l’héliport puis vous redescendez, dans une vallée insoupçonnée, par un escalier tout fleuri au printemps. Vous traversez un petit torrent courant sur des blocs lisses et ombrages en été par de magnifiques lauriers sauvages. Vous remontez sur un damier gris et vert. Vous traversez la route puis vous continuez la montée jusqu’à un col où vous admirez la vue sur Chora. Vous redescendez légèrement pour arriver au village de Sineti .De là vous pouvez soit descendre sur la belle plage de Sineti à travers les escaliers du village, soit continuer afin de découvrir la somptueuse vallée des Dipotamata à la riche mais fragile faune et flore. Ensuite vous grimperez par un escalier doù vous verrez quelques vieux moulins typiques en contrebas. Au sommet de l’escalier vous pourrez au choix aller sur votre gauche au Château de la Vielle ou sur votre droite au village de Kochiliou, puis redescendre à travers des terrasses d’oliviers, des pigeonniers, des aires de battage et des bergeries de couleur ocre. La vue sur la baie d’Ormos Korthi est splendide.
 

Randonnées Andros : Monastère Agios Nikolaos Plage Achla 1h30

A partir du Monastère, vous laissez votre voiture sur le parking puis vous empruntez le chemin. Vous cheminez à flanc de montagne ce qui vous donne une vue originale sur le monastère, puis vous apercevez une petite chapelle. En continuant à travers la lande vous croiserez plusieurs bergeries puis vous descendrez afin de longer la vallée d’Achla. Vous êtes à présent ombragés sous les arbres et le chemin est encadré de murs centenaires. Ce chemin vous mène à la rivière s’écoulant sous les platanes. La récompense finale étant la magnifique plage d’Achla et ses eaux couleur émeraude.
 
Andros randonnées, Andros promenades, Chambres Appartements à Andros, Karaoulanis. Vous trouverez dans nos appartements de nombreux renseignements concernant les magnifiques sentiers et randonnées que vous pouvez faire à Andros.

Excursion en bateau à Axla

Tout le monde était à l’heure et impatient de partir en bateau…..Après un rapide cours théorique, l’aventure peut désormais commencer ! D’ abord une première halte au rocher de Theotokos et ses fameux aigles noirs, puis ”visite” du bateau ayant fait naufrage près de la plage de Vori… Après avoir fait le plein de bons souvenirs, direction la magnifique plage d’Axla ! En un temps record, les bateaux étaient amarrés, les tentes montées, le feu allumé et la soirée s’est déroulée délicieusement autour d’un bon repas au feu de bois, puis s’est terminée sur quelques notes de guitare et de chansons partagées au coin du feu.

Toutes nos félicitations aux scouts de Rhodes qui ont parmi tant d’autres choses trouvé le temps de repeindre au passage l’école primaire de Chora ! Merci pour tout et à une prochaine fois….

Andros VTT Prophete Ilias

Andros VTT : Une de mes randonnées préférées est celle du prophète Ilia (point culminant de l’île) situé à Ano Pitrofos. On commence, dans le lit de la rivière de Nimborio jusqu’à l’intersection de Mesaria et là déjà on se rend compte qu’il va y avoir beaucoup de piste. De là commence la route qui mène à Pitrofos. Ensuite on prend à gauche en direction de Ano Pitrofos et on prend la piste (environ 5km) qui rejoint la route juste avant Stavropeda, c’est là sur la droite que commence la piste pour le prophète Ilia. C’est la plus belle partie de la randonnée, mais en même temps c’est là que les choses se corsent. La montée est très raide surtout à la fin, juste avant d’arriver à l’église, mais une fois au sommet on est fier de l’avoir fait ! Le plaisir continu en empruntant la piste qui part du prophète Ilia et longe le sommet de la crête sur 6/7 km, pour arriver, en passant par Agia Sofia, à Evrouses. La cerise sur le gâteau arrive à la fin de cette piste quand, après avoir tourné sur la droite, nous la descendons… une descente des plus difficiles et raide qui soit et qui nous amène à Strapouries.

C’est une randonnée de 4h30 à peu prés, une distance en montée de 884m (altitude moyenne de 652m) proche de Chora avec une vue magnifique ! Je suis disponible pour ceux qui veulent de plus amples renseignements.

Location Achla de VTT a Andros

  • SAMSUNG

Location de VTT a Andros : Notre magasin situé au début de la plage de Nimborio se lance dans la location de vélo ! Il y a en effet de magnifiques randonnées à faire en VTT pour découvrir l’île et c’est le moyen idéal d’allier sport et découverte ! Les VTT que nous louons sont de marque et de qualité supérieure et ayant fait de nombreuses randonnées à vélo sur l’ile d’Andros, nous les avons cartographiées avec un GPS et nous sommes en mesure de vous conseiller et de vous communiquer de nombreuses informations pour rendre votre randonnée à VTT encore plus passionnante et unique.

Un des plus beaux sports que vous pouvez pratiquer à Andros est certainement le V.T.T ! L’ile vous offre un nombre illimité de pistes et de sentiers à explorer et pour en avoir moi même pratiquer plusieurs je les ai cartographiés sur Wikiloc : http://el.wikiloc.com/wikiloc/user.do?name=YannisKaraoulanisAndros . La géographie d’Andros est assez difficile et variée ce qui rend chaque excursion unique, et de bons mollets sont requis.

Par exemple le trajet Chora – Vourkoti – Achla – Chora est incroyable tant au niveau des paysages que des difficultés : 41 km au total dont 16 de pistes, le but étant bien sûr d’arriver a la plage d’Achla, une des plus belle de l’île! Le chemin est difficile, mais si beau….. Qu’on le refera certainement !

 

 

Vori Andros Velo

Vori Andros Velo : Mardi de Pâques…. Après 4 jours de festivités en tout genre, l’heure d’une escapade à vélo avait sonné ! « Et si on allait à Vori ? » Après un infime temps de réflexion, une vérification des freins, des pneus… nous voila fin prêts. 15h, rendez vous sur la plage de  Nimborio, un temps printanier clément, des t-shirts manches courtes, le départ est donné ! Après quelques coups de pédales le long de la plage, histoire de se mettre en forme, nous voilà partis pour 15 km de montée. Nous sommes trois,  l’enthousiasme est palpable et nous, motivés comme jamais ! Nous commençons à trouver notre rythme. Nous passons devant Agia Triada (Sainte Trinité), en contrebas la plage de Giala, le village de Sténies sur la droite. Nous continuons dans ce cadre magnifique et au bout de 6 kms à peu près nous arrivons dans le village d’Apoikia. Le vent du Sud Ouest nous rafraîchit, alors que le rythme cardiaque s’élève tout comme l’altitude… La vue est imprenable, Tinos au sud, les côtes de l’île d’Icare à  l’est qui se distingue si purement… Nous passons au- dessus du monastère Saint Nikola, on réduit le plateau et on attaque la plus grosse montée jusqu’à  Vourkoti. Après 1h40 de course nous nous trouvons à  la plus haute altitude de notre escapade, 1km après le  village de Vourkoti, 730m au- dessus du niveau de la mer. Au sud-est, la ravine et tout au bout la magnifique plage d’Axla. Au Nord, on distingue les collines de l’île d’Eubée. Notre destination finale se trouve maintenant à un souffle d’ici, reste plus  qu’à y aller… 6kms de piste des plus chaotique, sinueuse  à souhait, une pente très prononcée. Nos amortisseurs encaissent les trous, les chocs, tous nos sens sont en alerte ! Après 20 mn de descente nous croisons sur notre droite le bateau ayant fait naufrage il y a quelques années près de nos côtes. Nous nous trouvons au milieu de nulle part dans une nature sauvage et peu hostile… d’ailleurs on est seuls. La fin de la piste nous conduit à la plage de Vori. Une petite pause bien méritée dans la rivière, quelques mots, impressions échangés et nous chevauchons de nouveau nos vélos car le retour nous attend, tout comme le crépuscule… Vers 18h nous commençons donc le retour vers Chora. Premier but le village d’Arni. La piste de 7 kms que nous empruntons est a premier vue « sympathique », nous traversons la verte vallée de Vori, ses champs cultivés, ses petites fermes puis à mi chemin la montée devient abrupte et difficile, la fatigue aidant, les premiers maux de dos propres aux cyclistes se font sentir… Des vents contraires se mêlant au reste, nous avançons à force d’obstination et de volonté. Après être passés au- dessus de la vallée de Levka, nous arrivons, enfin,  au village d’Arni, recouverts, nous et nos vélo, de poussière rouge. Nous faisons une pause à l’église du village en quête  de la moindre goutte d’eau. Après quelques bananes, barres de céréales et autres fruits secs, les gourdes remplies à ras bord, l’aventure continue. Le plus dur : les 7 kms de bitume qui nous sépare de l’embranchement pour Axla. On laisse le village derrière nous et pédalons maintenant en quête de délivrance. Le soleil s’est couché et le peu de lumière restant se reflète sur le mont du Prophète Ilia. La température est maintenant hivernal et le vent s’en mêlant nous sommes littéralement gelés, nous sommes de nouveau à 730m d’altitude. Chaudement vêtus, lumières allumées, nous entamons une rapide descente de Vourkoti à Chora. Le vent siffle dans nos oreilles et ces dernières se bouchent en raison du rapide changement d’altitude. La lumière du phare d’Axla nous éblouit également régulièrement. Notre trio se rapproche du point de la destination finale, les cloches du monastère Saint Nikola sonnent, et un peu plus loin les lumières de Chora telles un bateau plongeant dans la mer. Sans même sans rendre vraiment compte nous arrivons à Nimborio il est 21h20. 6H de route, nos freins sont « en feu » et grincent à tout bout de champs, nous sommes exténués, mais que c’était bon !

Πληροφορίες Gps – wikiloc Video στο Youtube

Μήκος διαδρομής: 51,34 χιλιόμετρα Υψόμετρο min: 31 μέτρα, max: 789 μέτρα Υψ. διαφορά ανάβαση: 1.872 μέτρα, κατάβαση: 1.909 μέτρα Βαθμός δυσκολίας: skill Μόνο για έμπειρους

Pâques Orthodoxes à Andros

Pâques Orthodoxes à Andros : On célèbre les fêtes de Pâques depuis la nuit des temps. Le peuple juif commença à fêter Pâques en souvenir de sa fuite vers l’Egypte. Les premiers chrétiens continuèrent à célébrer ce jour saint et gardèrent le nom de « Pâques » en souvenir de la résurrection, symbole du passage de la mort à la vie. Ils conservèrent ainsi certaines coutumes juives : l’agneau pascal et la tradition des œufs peints en rouge. Célébration de la Résurrection du Christ, de la victoire de la vie sur la mort, qui coïncide de manière significative avec cette éternelle renaissance de la nature qu’est le printemps, Pâques est, pour les Orthodoxes, la fête religieuse la plus importante et la plus émouvante, un des moments les plus forts en Grèce.

Le Lundi Pur

Après avoir festoyé pendant toute la période du carnaval, la période du Carême orthodoxe débute le jour de la « Kathari Devtera », littéralement « Lundi pur ». Ce premier jour de Carême est appelé Lundi pur parce que, jadis, les ménagères passaient la matinée à laver les ustensiles de cuisine et à nettoyer leur cuisine après les préparations des repas de carnaval. Le jour du Lundi pur marque la préparation à une période de jeûne qui durera 40 jours. A cette occasion, les amis se regroupent pour se rendre à la campagne, à la montagne ou au bord de la mer, et là, on dresse la table pour déguster salades fraîches, oignons frais, radis, poulpe grillé ou en ragoût, olives, tarama, dolmades (feuilles de vigne farcies),haricots blancs, pommes de terre bouillies, le traditionnel « lagana » (pain plat sans levain, cuit uniquement ce jour-là).

Les Orthodoxes pratiquants entament alors une période de jeûne qui durera les 40 jours du Carême et se prolongera le temps de la Semaine sainte, soit un total de 47 jours. Ce jeûne appelé nistia obéit à des règles très strictes. On ne consomme aucun produit d’origine animale (viandes, volailles, poissons) parce qu’ils contiennent du sang, ou dérivés de l’animal (œufs, lait, fromages). Ceci a donné lieu à l’élaboration d’une cuisine maigre mais variée, et aux saveurs exquises comprenant surtout des féculents (lentilles, haricots blancs), des légumes de toutes sortes, des mollusques et des crustacés (poulpes, sèches, calamars, crevettes…). Il faut cependant insister sur le fait que cette nistia est exempte de tout esprit d’exagération, d’intolérance ou de prosélytisme, et que chacun est libre d’adapter plus ou moins souplement ces règles à sa convenance. Jeûner ne relève en rien d’un esprit de privation ou de mortification, mais participe plutôt d’une volonté de s’élever au dessus des contingences matérielles qui peuplent notre quotidien, pour se consacrer plus librement au recueillement, à la prière et à la réflexion. Ce jeûne sera rompu le jour de l’Annonciation, le 25 mars, qui de plus coïncide avec la commémoration du début de l’insurrection contre les Turcs et le jour des Rameaux ; en raison de l’importance religieuse de cette fête, on consomme exceptionnellement du poisson.

La Semaine Sainte à Andros

La Semaine sainte, Megali Evdomada, qui se déroule au rythme des cérémonies religieuses relatant scrupuleusement les évènements importants de la condamnation à mort du Christ jusqu’à sa Résurrection, destinées à préparer les fidèles à vivre la Victoire de la vie sur la mort, la Purification (catharsis) du monde ancien, et à accueillir la Lumière Nouvelle. Les Grecs assistent massivement aux cérémonies religieuses.

Le Lundi saint est consacré au nettoyage de la maison. On se prépare aux festivités prévues à la fin de la semaine.

Le Mardi saint, on assiste aux vêpres où se déroule la sainte-onction. Comme le Christ qui bénit le pain, l’huile et le blé, les trois éléments fondamentaux et vitaux, le prêtre bénit à son tour les fidèles avec de l’huile sainte.

Le Mercredi saint, les femmes confectionnent des biscuits secs, koulouria, ainsi que la brioche traditionnelle, Tsoureki, à l’occasion des fêtes pascales.

Le Jeudi saint correspond, dans les évangiles, au dernier repas pris par Jésus avec ses disciples avant son arrestation, jour du procès du Christ par Ponce-Pilate et de sa mise en croix. A cette occasion, le pain et le vin furent bénis. Le prêtre lit des extraits des douze évangiles et pendant l’office, il simule le parcours du Christ portant sa croix, effectuant ce trajet autour de l’église. Après la messe du jeudi soir, les femmes et les jeunes filles pieuses se rendent à l’église pour préparer, en vue de l’enterrement du Christ, un cercueil en forme de lit à baldaquin en bois, décoré d’une multitude de fleurs, «l’épitaphe», devant lequel les fidèles viendront s’incliner.

C’est aussi le jour où la maison est décorée avec soin et les œufs sont teints en rouge. En Grèce, les œufs teints en rouge font partie intégrante de la tradition pascale et ont gardé leur importance ; ils sont présents dans tous les foyers. On place souvent au centre des brioches, tsourekia, un œuf peint en rouge.

Le Vendredi saint, jour de deuil, les chrétiens commémorent la passion et la mort du Christ par « l’adoration de la croix ». Ce jour est celui du jeûne austère : personne ne mange de mets sucrés et le repas se compose de lentilles et de vinaigre, dont la signification respective est les larmes du Christ et le vinaigre qui servait à humecter ses lèvres asséchées. On n’utilise ni marteau, ni clou ou aiguille, en souvenir du martyr du Christ. Après la messe de 11 heures, le Christ est descendu de la croix par le prêtre et il sera enveloppé dans un linceul. Le prêtre le portera sur son dos et pendant un rituel le tournera trois fois autour de l’autel. Les croyants grecs se prosterneront alors devant l’épitaphe et recevront la bénédiction en même temps que quelques brins de fleurs qu’ils conserveront tout au long de l’année en guise de porte-bonheur.

Le vendredi soir après l’office, chaque église sort son épitaphe, précédé de la croix de laquelle on a descendu le Christ, et entame une procession accompagnée par une fanfare qui joue un chant funèbre que l’on pourrait assimiler à une sorte de reconstitution symbolique de l’enterrement du Christ, laquelle sera suivie par une multitude de fidèles dans un recueillement intense.

Le Samedi saint, à l’obscurité se substitut la lumière, c’est la grande messe de la Résurrection. La sainte Lumière arrive de Jérusalem par avion et est accueillie par l’archevêque de Grèce pour être ensuite distribuée dans toutes les églises de Grèce continentale et insulaire, les prêtres l’utiliseront lors de la messe de Résurrection

A minuit, le pope allume un cierge et apporte la Lumière en annonçant la Résurrection du Christ : « Christos Anesti» (le Christ est ressuscité) et les fidèles massés devant l’église lui répondent : « Alithos Anesti » (en vérité, il est ressuscité) et les cloches carillonnent sans relâche. On bénit aussi l’eau qui devient à son tour eau nouvelle. Le cierge du pope sert lui-même à allumer les lambades (cierges pascaux) de couleur blanche des fidèles et les autres lumières de l’église, célébrant ainsi la sortie des ténèbres et le retour de la «Lumière» qui symbolise «la Vie éternelle, le renouveau, le pardon universel et la Rédemption». Les fidèles s’embrassent et un feu d’artifice clôture la célébration. http://www.youtube.com/watch?v=LM8byZsG78o

Après l’office, tard le soir, les fidèles rentrent chez eux avec leurs cierges allumés. Avant de pénétrer dans leur demeure, ils tracent une croix à l’aide de la flamme de la bougie sur le linteau de la porte d’entrée puis allument la mèche d’une veilleuse espérant qu’elle restera allumée tout le reste de l’année. Enfin, on se retrouve à table autour de la Mayiritsa, soupe d’entrailles d’agneau et de laitues et du Labriati, pain de viande de chèvre farcie d’un mélange d’œufs et de rognons. Ce sont les plats pascals par excellence. On distribue à chacun un œuf peint en rouge. Tenu dans la main droite fermée, en laissant dépasser de moitié, le but est de ne pas le briser à son extrémité lorsqu’on le cogne avec un autre. Celui qui réussit à garder son œuf intact aura de la chance.

Le Dimanche pascal se déroule dans une ambiance bonne enfant, de nombreuses explosent en contrebas de la place du Afani navti (place du Marin Inconnu) en face du vieux château, puis les locaux se retrouvent en famille ou entre amis autour de l’agneau pascal entier rôti à la broche. Le kokoretsi (abats d’agneau enveloppé dans un boyau), les koulouria, le tsoureki et le vin local, accompagnent ce méchoui des grands jours.

En fin de journée, les fidèles assistent à l’office de la «seconde résurrection» : celle d’une résurrection symbolique de l’amour humain.

Cette seconde résurrection est fêtée très symboliquement dans le village de Sténies, des kilomètres de rouleaux de pétards sont disposés un peu partout dans le village, des bombes explosent sur les places principales… Authentique et très traditionnel ce rituel très fort est à voir au moins une fois, mais à éviter si toutefois vous avez peur….des pétards en tout genre !Paques 2013 : 5 mai

 

La source de Pétrénia- Andros

Dans le village de Vouni, environ 40 habitants, se trouve la source de Pétrénia qui signifie pierre. Ce nom lui a été donné par les habitants du village, car ces derniers se voyaient contraints dechanger la dalle de marbre de laquelle coule l’eau car celle-ciétait « rongée » par l’eau de la source.A côté de la source Pétrénia se trouve une petite église du même nom, également baptisée par les villageois.

L’âge exact de la source est inconnu mais probablement très ancien. Pétrénia se trouve sous une très vieille construction de pierres locale et possède une plaque de marbre d’où coule l’eau. Tout autour de la source, la nature est luxuriante grâce à l’humidité ambiante. Le plus bel exemple est d’ailleurs un immense platane qui, d’après les dires des villageois, avoisinerait les 500 ans… Il y a également près de la source un bassin qui recueille l’eau de celle-ci. Après avoir été analysée, l’eau fut déclarée non seulement potable et saine mais également dotée de nombreux minéraux qui seraient très bénéfiques pour les calculs rénaux et d’autres pathologies.En effet les villageois ne se contentaient pas de vanter les bienfaits de cette eau, ils affirmaient que quand quelqu’un tombait gravement malade, on l’emmenait dans la petite église voisine Pétrénia, on le déshabillait et on lui enfilait d’autres vêtements qui avaient été lavés au préalable avec l’eau de Pétrénia et que la guérison se produisait dans les jours qui suivaient…La quantité d’eau de cette source est assez importante bien que probablement diminuée par rapport à ce qu’elle fût dans le passé. Sa température reste quant à elle stable.

C’est une très jolie source lovée dans un écrin de nature, à découvrir au détour d’une promenade…

Le château de Faneromeni – Andros

Le château de Faneromeni – Andros 

On l’appelle le «château du Haut », le «château de la Vieille », le « château Faneromeni »….comprenez par là le château de celle qui révéla le secret… Voila à peu près qui résume bien ce que fût ce mystérieux château. Ce fût la plus puissante et plus grande communauté d’Andros au Moyen âge. Il fût construit par les Vénitiens sur un plateau, à 600 mètres d’altitude au nord de la baie de Korthi. Cet immense fort pouvait protéger plus de mille personnes des attaques de pirates. Sa localisation était tenue secrète, il était dissimulé derrières de gros rochers et d’un mur d’enceinte très important. Il surplombait la mer Egée mais restait invisible depuis celle-ci. L’histoire exacte de ce fort reste floue et entourée de diverses légendes dont voici la plus connue. Les Turcs ne pouvant pénétrer dans le fort, envoyèrent une vieille dame et sa fille enceinte demander de l’aide. Elles furent bien accueillies et pénétrèrent dans l’enceinte du fort. La nuit venue, la vieille ouvrit la porte de la forteresse et les Turcs s’introduisirent à l’intérieur et tuèrent tout ses habitants. Par la suite rongée par les remords la vieille dame se suicida en sautant dans la mer du haut d’un grand rocher. Aujourd’hui, perdurent deux lieux en souvenir de la trahison de cette vieille dame, le château de la Vieille et la plage du « Saut de la Vielle » à Korthi. Cette belle plage abrite un rocher plus ou moins curieux de part sa forme, sa hauteur et sa localisation.

A partir d’un sentier qui part du village de Kochilou on peut se promener dans les ruines du fort, à travers l’emplacement des anciennes habitations, visiter l’église Faneromeni, et admirer la vue exceptionnelle sur la mer Egée. Voila encore un lieu rempli d’histoire qui témoigne encore une fois de la riche histoire d’Andros.

 

L’Aloe Vera – Andros

On l’appelle“plante  de l’immortalité” et est considérée comme un élixir de vie. Elle fait partie des plantes qu’on utilisait et qu’on utilise toujours d’ailleurs aujourd’hui dans de nombreuses civilisations, pour leurs vertus thérapeutiques.

L’utilisation de l’Aloe remonte à 2200 avant J.C, et ses bienfaits lui ont assurés sa réputation dans toutes les anciennes civilisations. La reine Cléopâtre s’en servait comme élixir de beauté en se baignant dans du jus d’Aloe et Nikodimos s’en serait servi pour embaumer la relique du Christ. En 1930 les premières recherches scientifiques commencent à étudier les bienfaits de cette plante ainsi que son éventuelle utilisation en médecine. Aujourd’hui elle est reconnue bénéfique pour traiter divers pathologies.

Les Aloès sont des plantes grasses, appartenant à la famille des liliacées. Elles ressemblent également aux cactus. Leurs feuilles sont charnues et épaisses, de couleur verte, avec des bords épineux et riche en eau. Elles sont composées de trois couches et contiennent en leur centre une pulpe épaisse et incolore ayant un aspect de gel. Les fleurs sont disposées au sommet d’une hampe florale pendante et en épis. Elle pousse dans les pays au climat chaud et sec, c’est pour cette raison qu’elle pousse un peu partout à Andros. C’est une plante qui résiste très bien à la sécheresse. Son nom vient de l’arabe Alloeh qui signifie « substance amer et brillante ». Les Bédouins l’appellent aussi « Lys du Désert ». Son goût est effectivement amer et sa résine est utilisée pour lutter contre les effets du vieillissement, dans le traitement des brûlures, pour accélérer la cicatrisation, elle contribue à équilibrer le métabolisme et stimuler la production de collagène.

Le gel de l’Aloe Vera se trouve au cœur des feuilles les plus imposantes. Ce gel a la propriété de ramollir les tissus et constitue la substance de la plante qui est aujourd’hui largement utilisée par voie externe en cosmétique et en dermatologie. Ce gel peut être utilisé par voie interne sous forme de gélules ou de jus d’Aloe Vera à boire.

Pensons donc à utiliser l’Aloe Vera, cet excellent élixir de Jouvence !

L’église Théosképasti-Andros

L’église Théosképasti se situe dans la capitale de l’ile d’Andros à Chora. Plus précisément en contrebas de la place Kaïri, après avoir descendu une bonne quantité de marches… La vue sur la plage de Paraporti est magnifique.

Nous voici donc sur le parvis de l’église de la vierge Théosképasti, protectrice de l’île d’Andros et de ses marins, avec sa magnifique iconostase et ses nombreux ex-voto, icônes et autres lampes à huile recouverts d’argent.

Le plus beau reste encore l’histoire de cette église. Elle est construite dans la baie de Paraporti, près des vagues qui fouettent les rochers, là où, dans une grotte, fût trouvée l’icône sacrée de Théomitoros lors d’une nuit sombre, sans astres. L’icône est alors amenée et placé dans la petite église voisine Agios Athanasiou. Les fidèles  commencèrent alors à construire l’église, à l’endroit où fut trouvé l’icône sacrée. Par manque de moyens elle resta malheureusement longtemps inachevée, sans toit. Jusqu’à ce que produise le premier miracle. Par une nuit de tempête, un bateau remplit d’une importante cargaison de bois se vit obliger de s’en décharger d’une bonne partie pour ne pas sombrer. Ce bois dériva jusqu’aux côtes d’Andros pour enfin venir s’échouer sur la plage de Paraporti au pied des rochers de l’église. Avec ce bois les fidèles purent achever le toit de l’église, qu’ils baptisèrent « Couverte par Dieu » ou « Toit de Dieu ».

L’icône de la « Megalochari » (de la Grande Joie) représente la « Vierge Conductrice» tenant dans ses bras le Christ bébé, plein de candeur. L’icône est entièrement recouverte, à part les visages, d’argent.

La fête de l’église se déroule toujours un vendredi, deux semaines avant le Vendredi Saint. A l’occasion de cette fête l’icône de la Vierge est décorée de fleurs fraîches et d’offrandes, puis placée pour l’occasion dans un sanctuaire en bois sculpté porté par des fidèles lors de la grande procession qu’elle engendre. Le mitropolitis des Cyclades se déplace pour l’occasion , puis le soir venu et la nuit tombée l’icône est de nouveau promenée dans la rue principale de Chora au milieu d’une procession de lampions tenus par les écoliers de la ville.

Si vous avez la chance d’assister à cette belle fête, vous n’y resterez pas insensibles…

Théotokos – Andros Riva rentals

La plage et l’îlot de Théotokos-Andros

La plage de théotoko est l’une des nombreuses petites plages d’Andros. Elle se situe assez près de Chora, c’est une très belle petite crique de fins galets, avec au milieu une rivière. La particularité de cette plage se situe en face de celle-ci, à une centaine de mètres à peu près, un ilot rocheux avec au sommet de celui-ci, l’église de théotoko. Mais ce n’est pas tout, cet îlot a lui aussi quelque chose de différent, ce n’est pas un juste un simple rocher avec une église dessus, c’est le lieu de reproduction du Faucon d’Eléonore (Falco Eleonorae). Il mesure entre 36 et 41 cm, c’est une espèce de rapace diurne et migrateur appartenant a la famille des Falconidae. Cet oiseau, comme d’autres prédateurs, calque son cycle de reproduction sur celui des ses proies, essentiellement des oiseaux migrateurs également. En ce qui concerne l’étymologie de son nom, il aurait été donné en l’honneur d’Eléonore d’Arbore de Sardaigne (vers 1350-1404), célèbre pour avoir établie la première législation de protection des rapaces. Ce rapace niche donc dans les îlots rocheux méditerranéens, comme celui de Théotoko et hiverne principalement dans le Nord et l’Ouest de Madagascar. Il s’agit d’une espèce très protégée qui intrigue de nombreux ornithologues du monde entier. En Europe on compte 12000 Faucons d’Eléonore. L’îlot de Théotoko est donc un endroit protégé où le respect de reproduction de cette espèce doit être appliqué. Les fonds marins autours de cet îlot sont magnifiques et propices à la plongée, à la chasse sous-marine, à une partie de pêche en bateau ou de la plage. Vous pouvez vous y rendre avec nos bateaux pour une « baignade pédagogique »et surtout n’oubliez pas vos appareils photo !

Le monastère Panachrantou – Andros

Le monastère Panachrantou fût construit en 961 de notre ère après la visite du Général Fokas qui deviendra par la suite Empeur de l’Empire Byzantin. Selon les faits, Nikoforos Fokas serait parti de Constantinople pour faire régner la paix en Crète. Pendant le voyage, de fortes intempéries l’obligèrent à faire escale sur l’ile d’Andros. A côté du monastère actuel se trouvaient à l’époque des grottes dans lesquelles se recueillaient certains moines pour prier. Dès lors qu’ils fûrent avertis de l’arrivée du prestigieux Général Byzantin sur Andros, ils se hâtèrent d’aller le saluer et lui parlèrent par la suite de l’icône prestigieuse qu’ils possédaient. Ainsi lui dirent-ils qu’ils allaient la prier quotidiennement pour assurer sa victoire face aux Barbares en Crète. En retour Fokas leur promis une aide financière pour la construction du monastère. Peu de temps avant son arrivée en Crète la vierge lui apparue et lui dicta la stratégie à adopter pour assurer la paix en Crète sans avoir à se battre. Une fois sur place tout se déroula exactement comme l’avait indiqué la vierge et Fokas gagna face aux Barbares et cela dans un laps de temps très court et sans qu’une seule goutte de sang ne soit versée. Il revint donc à Andros comme promis et offrit une gracieuse somme d’argent au moine pour édifier le monastère à l’endroit où l’icône miraculeuse fut trouvée. Pendant ces évènements l’higoumène eût une vision et prédit au Général Fokas qu’il serait bientôt sacré Empereur Byzantin. Ce dernier fût si heureux qu’il offrit aux moines, l’argent nécessaire pour terminer le monastère Panachrantou. Dans ce dernier repose la sépulture de Saint Panteleïmone ainsi que de nombreuses autres rassemblées, elles, dans une petite crypte.

La vue de ce monastère sur Chora entre autres, est fantastique. Il y a un sentier pédestre pour s’y rendre, il faut une heure trente à peu près. Une magnifique randonnée à faire pour découvrir un fantastique panorama et un monastère à l’histoire, une fois de plus, si singulière.

Escapade à la plage de Vori-Andros

Vori est comment dire….Paradisiaque ! C’est une plage assez éloignée de Chora, située comme Axla sur la côte Nord-est de l’îled’Andros. Elle forme une anse entre falaise et rochers et donne l’impression de nager dans un lagon. L’eau est d’une pureté incroyable et d’un bleu turquoise magnifique. Il y règne un calme souverain. Idéale pour explorer les fonds marins avec palmes et tuba, vous y verrez entre autres, une épave de bateau, de jolis petits poissonset peut-être aurez- vous la chance de voir une tortue de mer nager majestueusement dans les profondeurs. Vous pourrez également découvrir l’épave d’un grand bateau ayant fait naufrage en 1996 juste derrière les rochers. La vallée de Vori est verdoyante car au milieu coule une rivière et il n’est pas rare d’apercevoir des petites tortues de terre se promener aux alentours. Une plage d’Andros à découvrir en bateau pour pouvoirs’approcher de l’épave et profiter un maximum des paysages vus de la mer ainsi que des nombreuses autres petites criques désertes avoisinantes.Un endroit magique à découvrir !

Dipotamata Andros

Dipotamata Andros : Dans la région de Korthi sont préservés plus d’une quarantaine de moulins à eau, excellent exemple de la technologie  avant-gardiste locale de l’époque. La majorité des moulins à eau d’Andros se trouvent dans la région qu’on appelle Dipotamata( potamos en grec signifie rivière). On trouve également des moulins à eau à Aïdonia, à Vouni…

Dipomata est une rivière d’une grande beauté naturelle, d’environ 7 km de long, située au sud- est de l’île entre les villages de Sineti, Paleokastro et Koxiliou. La quantité d’eau a aujourd’hui bien diminué mais même durant des périodes de grandes sécheresses la source ne s’est jamais tarie. Son environnement naturel  reste, dans sa majeure partie, inaltéré car la circulation s’y est arrêtée il ya 35 ans. Il en va de même pour la végétation qui est très dense (lauriers roses et blancs, mûriers, menthe sauvage, lierres,  figuiers, buissons sauvages, roseaux, chênes sauvages, joncs, myrtes…)

Toute la ravine sert de refuge à un nombre important d’espèces animales, comme les lapins, belettes, putois, blaireaux, mais aussi les serpents et diverses espèces d’oiseaux notamment des perdrix.

La région de Dipotamata est un écosystème rare et protégé qui se  caractérise par sa beauté naturelle. Elle est également classée «  écomusée » par l’Union Européenne. C’est donc une superbe vallée, pleine de constructions incroyables : pigeonniers, ponts, aires de battage, chemins empierres et moulins à eau.

Au cœur des gorges de Dipotamata qui prend naissance dans le village d’Exo Vouni et vient mourir  dans le golf de Sineti, on compte 37 moulins à eau dont 22 sont encore assez bien conservés.

Ces gorges, avec ses fameux moulins, étaient à une certaine époque le lieu d’exploitation de la force de l’eau le plus important des Cyclades. Jusque dans les années 30 ces moulins broyaient l’orge, élément basique dans l’alimentation des Andriotes. Aujourd’hui s’ils tiennent encore debout c’est grâce à  leur  incroyable structure en pierres. C’est aussi  dans cet écosystème qu’on trouve les plus beaux papillons de l’espèce « ranaxia ». Le ravin traverse un vaste chemin empierrés  de pierres plates, le seul chemin qui reliait jusqu’en 1950 Chora à Korthi. A cette intersection avec la rivière, il ya un pont  arqué et il se forme souvent de petites marres d’eau bien rafraichissantes en été. Il y a d’autres chemins en escaliers, plus étroits, qui reliaient les différents villages de la région avec les champs agricoles et les moulins à eau qu’ils exploitaient. Sont encore conservés (mis a part les chemins, les murets en pierres, les moulins  et autres aires de battage), des bergeries, des étables, des hangars agricoles et diverses petites églises éparpillées dans la vallée.  Mais la construction phare de cette vallée est sans nul doute le moulin à eau.

Monastère Agios Nikolaos Andros

Monastère Agios Nikolaos et l’ Icône de la Mère de Dieu d’Andros

 Le Monastère de Agios Nikolaos  (Saint-Nicolas), fondé au XIe siècle et rénové en 1760, offre une vue somptueuse sur la vallée et en contrebas, sur la plage d’Achla.  Il contient, entre autres, une icône miraculeuse de la Mère de Dieu datant du XVe siècle.
C’est en 1986 que le père Dorothéos découvrit qu’une larme rouge s’écoulait de l’œil droit de la Vierge. Le lendemain, l’écoulement de sang cessa, mais une forte odeur de parfum s’exhalait de l’icône. Depuis ce jour, l’icône est pratiquement toujours couverte d’une fine couche d’huile parfumée. De nombreux miracles se produisent par l’intercession de la Mère de Dieu.
Le plus frappant est celui qui se produisit en 1991 avec un(e) médecin(e) français(e), Anne Gillet. Elle était alors atteinte d’un cancer qui se développait rapidement. La veille de la fête de la Dormition (il y a donc 16 ans aujourd’hui), elle se rendit à Andros pour prier devant l’icône et visiter son père spirituel — le Père Dorothéos. La même nuit, elle eut une apparition de la Vierge. Et lorsqu’elle retourna en Corse quelques jours plus tard, la tumeur maligne avait complètement disparu, au grand étonnement des médecins.

Vous pourrez en visitant ce somptueux monastère emporter avec vous un petit coton imbibé du myrrhon que cette icône exhale.
C’est vraiment étonnant. Le coton embaume vraiment fort, avec une petite odeur de cannelle. On y apprend aussi que dans le narthex de cette même église se trouve une fresque de la Mère de Dieu datant également du XVe siècle qui pleure régulièrement depuis une douzaine d’années. Les larmes coulent des deux yeux jusqu’au sol, formant une petite mare de myrrhon recueilli avec piété par les moines. Un parfum de lys est en permanence présent.
Il faut rappeler que c’est aussi ici que se rendit José Muñoz, le gardien de l’icône miraculeuse de la Vierge d’Iveron, le 30 octobre 1997, quelques heures avant son assassinat. On rapporte que le jour de sa visite, les larmes étaient très abondantes. Et quelques jours auparavant des cernes noirs étaient apparues sur les yeux de la Sainte Vierge.

Le monastère  est aussi le gardien de nombreuses reliques dont celle de Saint-Nicolas, ainsi que de nombreux autres Saints. Il préserve également des œuvres ecclésiastiques, des trésors.A voir aussi dans l’église la sculpture en bois de Saint-Nicolas, le trône du Métropolite, des traces de fresques murales ainsi que la grande icône de Saint-Nicolas, brodée d’un mélange de soie et cheveux de la Sœur Léontine. Un trésor à découvrir …

Plage d’Achla Andros

Plage d’Achla Andros : La magnifique plage d’Axla se trouve sur la côte Nord-ouest de l’ile d’Andros.  C’est une plage de petits galets blancs au bord de l’eau et de sable un peu plus haut.  La rivière qui se termine dans la mer est peuplée de platanes qui offrent  l’ombre si agréable et si recherchée en été. Deux autres éléments viennent terminer ce décor idyllique, une petite église surplombant la plage, Agios Nikolaos et de l’autre côté tout au bout de la colline le  « Phare de la vieille». L’eau est d’une pureté incroyable, salée à souhait, sa couleur est transparente puis se décline en un dégradé de bleus,  du très clair au bleu profond, et sa température délicieuse.

Pour s’y rendre, il y a un sentier magnifique  qui part du Monastère Agios Nikolaos, à Apoikia, il faut à peu près 1h30 pour descendre. Sinon vous pouvez vous y rendre en bateau, une vingtaine de minutes et découvrir l’île vue de la mer et sa multitude de criques  désertes d’une beauté incroyable. Reste enfin la tumultueuse piste qui débute un peu plus haut que le village de Vourkoti et qui arrive à la plage d’Axla après une bonne heure de voiture. Quelques soit la solution choisie vous passerez votre journée dans un cadre enchanteur  pour un dépaysement des plus total

La « Fabrique » de Sténiés-Andros

De 1863 à 1936 tournait, un peu plus bas qu’Apoikia, dans le village de Sténiés plus précisément, grâce à cette même eau  le plus grand moulin à eau des Balkans : « l’Usine » plus connue à Andros sous le nom de « Fabrique ».

L a Fabrique était très avant-gardiste pour l’époque et  surtout la plus imposante des usines de pâtes de tous les Balkans. Sur une base journalière, elle pouvait traiter 36 tonnes de blé et produire la même quantité de pâtes. De 1864 à 1923 la Fabrique  fonctionnait uniquement à  la force de l’eau grâce à un énorme et exceptionnel moulin à eau .En 1923, après une grande période de sécheresse, a été rajouté une machine à vapeur qui fonctionnait parallèlement au moulin à eau.

La Fabrique a fermé en 1936 et elle fut détruite en majeure partie en 1943 dans un incendie. Aujourd’hui, elle est en ruine et représente un danger certain pour ceux qui s’en approcheraient d’un peu trop près.  L’idée de  la restaurer et d’y créer un musée artisanal au rez -de -chaussée  et un centre de réunion au 1er étage avait été émise mais il n’y a toujours rien de concret à l’heure actuelle.

Andros – Cascades de Pithara

ANDROS PITHARA

La ravine de Pithara se trouve à 10mn à pied  à peu près  d’Apoikia. Le sentier qui mène aux chutes d’eau est étroit mais praticable et entouré de lierres, ce qui nous donne un avant goût de la suite. Au bout du sentier… un petit coin de paradis terrestre, l’eau y coule abondamment en cascades créant ensuite de petits lacs, la nature est luxuriante, la vie aquatique riche et le silence d’or. L’endroit est idéal pour se rafraîchir l’été et se reposer sur les rochers ombragés. Au printemps des espèces  rares de plantes  poussent dans cette ravine ainsi que de nombreuses fleurs sauvages.

Monastère Agia Marina Andros

Le monastère Agia Marina (Sainte Marine) et son icône sacrée se situent près d’Apoikia. Il date de 1325 après J.C, lorsque Sainte Marine apparaît à un moine lui indiquant la faille d’un rocher. C’est au creux de cette pierre qu’il découvrit l’icône sacrée de Sainte Marine. Avec l’aide financière de l’empereur Emmanuel , le monastère se construit.

Au cours du 16ème siècle il brûle à 3 reprises sous les attaques de pirates et perd au fur et à mesure de sa grandeur pour finir presque en ruines en 1743 avec seulement 5 moines. C’est alors qu’apparaît la Sainte à un moine qui, après avoir vendu tout ses biens dans le Péloponnèse, reconstruit le monastère qui devient un couvent en 1746. De nombreuses jeunes filles de bonnes familles décident d’y rentrer élevant le nombre de Sœurs à une centaine. Mais sous l’ordre d’ Othonas , 417 monastères ferment en Grèce dont celui de Sainte Marine a Andros. Nous sommes alors en 1833.

L’icône de la Sainte est achetée par la célèbre famille Andriote Embirikos qui lui trouve demeure en l’église Notre – Dame de Chora où elle restera 146 longues années. Le monastère est quant à lui rasé et sert d’étable aux bêtes.

Un siècle et demi après le Mitropolitis des Cyclades, après être passé près de ce que fut jadis le monastère, demanda au Père Cyprien  de le reconstruire, mais ayant d’autres projets ce dernier refusa.

C’est alors que lui apparaît la  nuit même Sainte Marine, elle lui dit ceci : « Je suis Marine et voici mes deux sœurs Paraskevi et Aikaterina. Nous habitions dans le monastère jusqu’à ce que l’on nous jette dehors sous l’ordre d’ Othonas. Nous résidons maintenant un peu plus haut mais c’est dans le monastère que nous voulons vivre ! Tu me verras donc chaque jour ! Nous allons nous battre ensemble pour le reconstruire. Tu accepteras donc l’ordre de ton supérieur. As – tu bien compris Cyprien ? » Ce dernier dès le lendemain partit déblayer avec pelle et brouette les ruines, les travaux durèrent 5 ans et c’est en 1976 que le monastère fut terminé.

Le dernier miracle date de 2006, c’est celui du petit Andrea, un jeune Chypriote. Atteint d’une très grave maladie, il doit recevoir une greffe de moelle à Huston aux Etats- Unis. Les médecins sont très pessimistes et ne donnent qu’une chance infime quant à la réussite de l’opération. Le Père Cyprien est aux côtés de la famille du petit garçon et demande à Sainte Marine de les aider  dans cette dure épreuve. L’opération fut au final une réussite totale et c’est en discutant par la suite avec les parents d’Andrea que le chirurgien a demandé à rencontrer la femme médecin Grecque qui était présente dans le bloc opératoire. Ne comprenant pas de quoi il parlait les parents se retournèrent vers le Père Cyprien qui déclara : » Je lui ai demandé d’être présente lors de cette dure épreuve et c’est ce qu’elle a fait ». Le petit Andrea est depuis totalement guéri et se rend avec les siens tous les ans au monastère pour remercier cette Sainte Miraculeuse.

Beaucoup de Chypriotes se rendent également au monastère pour implorer la Sainte. Ils ont  fait des dons très importants ces dernières années qui ont servi à réaliser de gros travaux de restauration, notamment celles des façades.

Source Sariza Andros

Source Sariza : La légende raconte qu’un Pacha du nom de San Riza vivant sur l’ile d’Eubée, aurait perdu son fez dans un cours d’eau. Ce dernier se serait retrouvé à Andros dans le village d’Apoikia. La source aurait alors été baptisée SARIZA.

Bien que l’origine exacte de la fontaine reste inconnue on sait qu’elle a été restaurée en 1870 et qu’autrefois l’eau était utilisée pour 3 raisons : la consommation des locaux, l’arrosage des champs et pour laver le linge dans le lavoir.

L’eau d’Apoikia, très riche en divers minéraux, s’est vue attribuer très vite des vertus thérapeutiques. Nombreux sont les médecins qui envoyaient leurs patients en cure a Sariza. Une inscription près de la source indique d’ailleurs ceci : “Heureux étranger, souviens – toi quand tu retourneras chez toi, que tu me dois la vie.”

La quantité d’eau de cette source est constante et telle qu’un laboratoire a vu le jour à Apoikia puis une usine pour la mise en bouteille de cette eau précieuse. Elle est commercialisée à Andros bien sur, mais aussi un peu partout en Grèce et s’exporte même à l’étranger. On notera d’ailleurs que sa qualité et sa réputation sont souvent comparées à la très célèbre eau française d’Evian.

VTT à Andros

  • SAMSUNG

VTT à Andros

Un des plus beaux sports que vous pouvez pratiquer à Andros est certainement le V.T.T ! L’ile vous offre un nombre illimité de pistes et de sentiers à explorer et pour en avoir moi même pratiquer plusieurs je les ai cartographiés sur Wikiloc : http://el.wikiloc.com/wikiloc/user.do?name=YannisKaraoulanisAndros . La géographie d’Andros est assez difficile et variée ce qui rend chaque excursion unique, et de bons mollets sont requis.

Par exemple le trajet Chora – Vourkoti – Achla – Chora est incroyable tant au niveau des paysages que des difficultés : 41 km au total dont 16 de pistes, le but étant bien sûr d’arriver a la plage d’Achla, une des plus belle de l’île! Le chemin est difficile, mais si beau….. Qu’on le refera certainement !