Monastère Agios Nikolaos Andros

Monastère Agios Nikolaos et l’ Icône de la Mère de Dieu d’Andros

 Le Monastère de Agios Nikolaos  (Saint-Nicolas), fondé au XIe siècle et rénové en 1760, offre une vue somptueuse sur la vallée et en contrebas, sur la plage d’Achla.  Il contient, entre autres, une icône miraculeuse de la Mère de Dieu datant du XVe siècle.
C’est en 1986 que le père Dorothéos découvrit qu’une larme rouge s’écoulait de l’œil droit de la Vierge. Le lendemain, l’écoulement de sang cessa, mais une forte odeur de parfum s’exhalait de l’icône. Depuis ce jour, l’icône est pratiquement toujours couverte d’une fine couche d’huile parfumée. De nombreux miracles se produisent par l’intercession de la Mère de Dieu.
Le plus frappant est celui qui se produisit en 1991 avec un(e) médecin(e) français(e), Anne Gillet. Elle était alors atteinte d’un cancer qui se développait rapidement. La veille de la fête de la Dormition (il y a donc 16 ans aujourd’hui), elle se rendit à Andros pour prier devant l’icône et visiter son père spirituel — le Père Dorothéos. La même nuit, elle eut une apparition de la Vierge. Et lorsqu’elle retourna en Corse quelques jours plus tard, la tumeur maligne avait complètement disparu, au grand étonnement des médecins.

Vous pourrez en visitant ce somptueux monastère emporter avec vous un petit coton imbibé du myrrhon que cette icône exhale.
C’est vraiment étonnant. Le coton embaume vraiment fort, avec une petite odeur de cannelle. On y apprend aussi que dans le narthex de cette même église se trouve une fresque de la Mère de Dieu datant également du XVe siècle qui pleure régulièrement depuis une douzaine d’années. Les larmes coulent des deux yeux jusqu’au sol, formant une petite mare de myrrhon recueilli avec piété par les moines. Un parfum de lys est en permanence présent.
Il faut rappeler que c’est aussi ici que se rendit José Muñoz, le gardien de l’icône miraculeuse de la Vierge d’Iveron, le 30 octobre 1997, quelques heures avant son assassinat. On rapporte que le jour de sa visite, les larmes étaient très abondantes. Et quelques jours auparavant des cernes noirs étaient apparues sur les yeux de la Sainte Vierge.

Le monastère  est aussi le gardien de nombreuses reliques dont celle de Saint-Nicolas, ainsi que de nombreux autres Saints. Il préserve également des œuvres ecclésiastiques, des trésors.A voir aussi dans l’église la sculpture en bois de Saint-Nicolas, le trône du Métropolite, des traces de fresques murales ainsi que la grande icône de Saint-Nicolas, brodée d’un mélange de soie et cheveux de la Sœur Léontine. Un trésor à découvrir …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.